Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

montamel

Montamel, toponymie des noms de lieux

Publié le par patrice

  

 

                  

 

 

 

       Avec la collaboration précieuse et érudite de :

      Marie-Christine Mouden dite "Poucette",

    mais néanmoins épouse de Patrice dit " Bart

 

 

 

 

 

                 Les noms de lieux ont été formés à partir de la géographie des lieux: les reliefs (monts, plaines...) la nature du sol (argile, pierres anguleuses...) les eaux et les rivières, la végétation (lieu où pousse l'aulne, le chêne, le frène, le jonc...) les bois, les forêts, la faune (en particulier les oiseaux...) l'occupation du sol, les défrichements du Xeme et XIIIeme siècles, les domaines et régime fermier, les champs et cultures, les constructions, l'élevage, les bastides, les chemins et limites de territoire, l'industrie, l'emprunte religieuse ...

                Ces noms de lieux dénommaient oralement les endroits où travaillaient les habitants et où ils vivaient. Ces noms de lieux ont souvent donné par la suite, de nombreux nom de famille. Celui qui habite une chênaie (Cassan) du gaulois cassanos.

                Les noms de familles viennent également des prénoms Saint-Martin...) ou de différences physiques lorsque deux personnes avaient le même prénom dans une même localisation comme: Le Roux, Le Grand, Le Borgne...

                Les noms de familles ont pu aussi donner des noms de lieu:  les noms de lieu terminés par AC signifient dans notre région "le domaine de" nom de famille d'origine celtique avec le suffixe "Acos" et latinisé en "Acum" entre le IIeme et le IVeme siècles et reformé en AC, comme Salviac qui vient de Salvius, lui même pouvant s'appeler Salve ou Salves ... qui lui même peut venir d'un nom de lieu "Les Sauvetés" (terres mises sous la protection de la paix de l'église) accueillant des population nouvelles de défricheurs à partir du XIeme siècle. Les noms de familles ont souvent été le nom du métier de l'homme: Molinier pour le meunier ... puis ont été transmis aux autres générations.

                On peut dire que tous les champs, pâtures, travers, bois, habitations, lieux, etc ... étaient par tradition, nommés oralement pour désigner l'endroit où l'on vivait, où l'on allait travailler, chasser, pêcher, cueillir, chercher de l'eau ... Certains noms ont ensuite été écrits sur des actes notarié, sur des cartes, certains sont restés oraux et s'effacent avec la mémoire et la disparition de nos anciens.

                  Cette toponymie se veut exhaustive. Toutes connaissances de noms de lieux autres que ceux développés ci-dessous, ou toutes autres précisions sont les bienvenues...

 

 

 

 

on commencera par les communes proches et ensuite les lieux dits de Montamel.

 

Montamel:    Le nom est la copie du latin Mons Amelii (la colline d'Améluis) apparu sous le vocable de monte Amelho dans "Les Rôles Gascons" 1289.

Le mot latin Mons, Montis signifiait montagne, mais uniquement dans les pays de plaines, il convenait très bien à de simples promontoires, collines ou tumulus.

Cependant, le sens original du mot Mons était bien montagne.

Ce toponyme rappelle souvent l'existence d'un poste fortifié au sommet d'une colline, créé par un seigneur ou un chef de guerre local.

Mont + Amel nom propre germanique.

Après bien des recherches aucune piste ne peut aboutir du côté de Amel dont l'étymologie viendrait de mel, melis (le miel) d"après A. Dauzat. Le nom germanique d'Amel ou Amal le plus ancien nom que nous avons trouvé serait le prieuré d'Amel an 959, fondation de l'église de Saint-Pierre-d'Amel en Lorraine dans la Meuse bâtit sur la commune d'Amel l'Etang; anciennement appelé Amal dans la langue du territoire.

Mechmont:    Le second élément du toponyme est le mot latin Mons, Montis (voir ci dessus Montamel)

Le premier élément est cousin de la forme provençale mech, issue du latin medianus (le milieu)

Dans les pouillés médiévaux (sorte de registre servant d'inventaire des biens d'église, parfois servant de registre fiscal) Mechmont est mentionné sous la forme Magnus Mons (grande colline) ou Manhmon, un texte de 1289 indique Magno Monte mais il peut s'agir là d'une erreur d'interprétation ou d'écriture. La tradition orale du toponyme par la population a conservé la forme Mechmont.

On trouve aussi Medio Monte dans un texte de 1507, Demi-Mont dans un manuscrit du 16eme siècle et Medio Montis dans un document de 1629. Le village était autrefois connu sous le nom de Mechmont de Guerre, Guerre est un lieu de la commune qui tient son nom de la famille propriétaire du fief.

Peyrilles:   vient surement de peyre (la pierre) + ille (au sens de petit) mais il existe une autre thèse qui dit que le nom viendrait de Patrilius ou bien Petrilius un gallo-romain exploitant d'une immense villa. Il existe bien dans les écrits médiévaux un Petrileus au Castrum de Peyrilha

Ussel   D'origine ancienne puisqu'il porte le nom venu du gaulois Uxello (sur la hauteur). Le toponyme signifie donc: "le village sur la colline".

On retrouve la même racine dans le célèbre Uxellodunum quercinois: forteresse sur la hauteur.

Dans les pouillés médiévaux, le village est mentioné sous le nom Uchello et aussi Ushel dans un manuscrit de 1258.

 

___________________________________________________

 

 

La fontaine:    (de Larroque, de Lazière) de l'occitan fontanes issue du latin fontana ou fontanum. Au moyen-age on parlait de font qui désignait une source ou une fontaine

 

____________________________________________________

 

Al Bosc:    de l'occitan bosc qui désigne une étendue boisée.

Al Gineste:    du latin ginesta un terrain couvert d'ajoncs ou de genêts épineux

Augié   Nom de personne d'origine germanique, fréquent dans le Sud-Est de la France (Augier) déviance de adalgari formé de adal qui signifie noble et de gari qui signifie lance, il s'agit probablement à l'origine d'un surnom de guerrier.

La Borio Blanque:    voir les Burrières, borie, borio, boria (la ferme) domaine agricole, l'étable.

Bourdarie:    Borderie de l'occitan borda origine germanique: bâtiment agricole, bergerie, grange, ferme, métairie. Ce nom est très rependue dans la région. Nouveaux bourg après défrichage au XIeme, XIIeme et XIIIeme siècle.

Bugade:    Nom proche de Le Bugue en Dordogne - albica en 936, al bugo au XVIIeme siècle: vient d'un mot d'origine gauloise ayant donné l'occitan al buga: terre forte, argile,marne. La première syllabe a été par la suite comprise comme un article.

Les Badiaux:   Viendrait de abadie, labadie, labadiolle et badiolle, forme diminutive de abadia (abbaye) mot dérivé de abat (abbé). Mais tous les toponymes d'abadie ne correspondent pas tous à un ancien monastère tant ce nom est porté en Gascogne (le Moulin de Baldy)

Bramayre:    Bramar (mugir) vient du nom d'un affluent de la Cartempe (Creuse et Correze) brema en 1170. En provençal, brama fam, bramejan: bramer de faim à cause d'un sol peu généreux, nom de quelque lopin de terre misérable, qui ne nourrit pas les bêtes qui brament de faim, et en occitan bramar qui signifie désirer fortement.

 

 

 

 

Les Bruges   La bruyère apparait sous les noms de bruc, bruga, burga (bas latin), brucus (tiré du gaulois).

Les Burrières   Issue de bur d'origine germanique, cabane pastorale proche de borio et boria (la ferme) voir borie ...

Camp de Coutal:    en occitan ancien coutal signifie charretier, peut être s'agit il là du nom du propriétaire du champ qui était charretier.

Camp de Lascroux:    ° Le terme cauma ou colma désigne "un plateau rocheux" sur une montagne. Parfois réduit à calm, cam ou can il peut être confondu avec camp (champ), on trouve également les dérivés calme, calmels ~ esc ~ escalmels du prélatin scarenna (éboulis de rochers) de l'occitan escala (échelle) au sens topographique: abrupt de terrain, passage difficile, gradin + calmels: champs en terrain abrupt.

                                         ° Lascroux, dérivé de crucem (croix ou croisée de chemins), racine prélatine : klotton (creux) rattaché à clôt (dépression, trou, fossé, cavité) cros peut avoir le sens de ravin, petit vallon. croze origine gauloise en occitan cros: dépression de terrain.

Causse de Lacroix   ° Causse: du latin calsinus, calx - calscis, et la racine prélatine kal - kar, qu'on retrouve dans le massif du karst,  a servi de référence au modèle calcaire.

                                         ° Lacroix: dérivé de crusem (croix en latin).

Les Travers du Causse:     ° Le travers (raccourcis ou passage pour accéder au causse)

                                                 ° Causse (voir-ci dessus)

Cayolles:    dérivé de caille ou caye, lieu rempli de cailloux, terrain caillouteux.

Le Bois des Dames:    Les dames représentent souvent les religieuses d'une abbaye ou d'un couvent. Ce bois situé à proximité du hameau de Lazière, devait appartenir au couvent de Lazière. La mère supérieure se faisait appeler "La Dame de Lazière".

La Combe de Coufos    ° La combe, en gaulois comboros, signifiait: barrage ou confluent. La cumba (vallée) sert également à désigner des ruisseaux. Mais au moyen-age le mot combe désigne une vallée sans ruisseau qui aujourd’hui encore est une vallée sèche.

                                                ° Coufos peut venir de casc, alcos en 1335 (Ardènes, Dordogne) viendrait du latin cotes (endroit pierreux).

                                                 ° Fos: le terme fos est un proche parent du castillan hoz et du portugais foz qui désigne aussi un passage étroit et la fossette (Var) petite fosse, vallon ce qui correspond mieux à la topographie de cette combe.

Comportie   Il existe deux possibilités

                                                 ° Comp: cumba (vallée) et  : port en gascon, (le col, le pas) comme Portalet, Portet, Portillon.

                                                  ° Comporte: (porter ensemble) cuve de bois cerclée de fer qui servit dans le sud de la France au transport des liquides et le plus souvent celui des raisins au moment des vendanges.

 

 

Conte Lauzetto:    on pourrait penser que la racine vient du gaulois lausa pour la pierre plate recouvrant les toitures, mais il s'agit certainement ici du chant de l'alouette., de occitan lauseta.

Les Coutunies   Peut être dérivé de cultura (terre mise en culture), a donné des lieux nommés; couture, la couture, condures (Lot)

Les Cuns   Vient de coins, angles, occitan: Cunh, Lescuns et Descion communes de la Haute Garonne et Descoings commune de l'Ariège. D'origine indo-européenne, descoins: maison de l'angle, ou située au coin d'une rue, ou de lieu: surface située à la pointe du territoire (qui pourrait convenir aux Cuns* situé à la limite de la commune), généralement bornée (borne, pierre, arbre ... limite: synonyme de confins, ou terre d'angle à l'écart dans un recoin.                                 

* Nom propre associé et dérivé de Cuns: Cugnac dérivé de la base pré-celtique Kuk: sommet arrondi + suffixe occitan: at ovac.

Combel Redon:    Petite vallée arrondie, ronde du latin rotondus.

Les Davalades   Possibilité ... val mot occitan féminin très répandu. La valade de valadon (vallon) dévaler, descente.

Combe Gamat   Possibilité ... élément du lexique aquitain: se retrouve dans Gamarite (Lot) que l'on peut rapprocher de Gamarthe (Pyrénées atlantiques) et de Gamue forme basque de Camou. Ils appartiennent à la même famille que le basque "Gamas" sorte de terre argileuse, propre aux constructions en pisé (terre crue, torchis)

Le Fau:    De faja, fau, faus (bois de hêtre) du latin: fagus. On trouve Fage(s) faia vers 930 - faget (bois de hêtre) - fay - fayet - feyt , même étymologie pour le moulin de Fayet, nom propre dérivé de fagus , nom commun.

Le Falgayras   Mot occitan venant du latin filaria (lieu couvert de fougères). Le falgou (Cantal) et falgadou autre nom de lieu situé à Montamel.

Les Farguils et Las Fargues:    Du latin forga: atelier où se travaillaient les cors durs, (forge) + situation géographique.

Le Fournel:    Lieu rappelant l'existence de fourneaux. Qu'ils aient été destinés à la production de charbon, de chaux, de verrerie, ou liés à la fabrication de poterie. Il existe plusieurs dérivés de furnus: forn, fornas (grand four), fornel, fornial (fournil).

 

 

 

Goutette:     on peut penser que le nom vient du latin gutta qui au moyen age désignait une source ou un ruisseau de faible débit. Village de Goutelle dans le Puy de Dôme.

Les Graves ou le Plantou:    D'un radical pré-indo-européen (pierre, cailloux) désignant ici les terrains caillouteux.

Larroque:    Mot occitan roca (roche) les châteaux fortifiés sont érigés au sommet de rochers abrupts, d'où le sens militaire que peut prendre le mot roche.

Lazière:    A rapprocher de lauze, en occitan la pierre plate, voire l'ardoise; lausa du gaulois lousa et lèca d'origine prélatine.

Les Mauris:    De maurus  nom propre Mauricis en 911. Vient de l'invasion arabe en 711. Dès le Xeme siècle l'évêque de Crémone parle de montem maurum (la montagne sombre) , d'autres toponymes rappellent ce sens de sombre et noir, comme Roquemaure (Gard), Montmort (de Maurus 1042.)

Les Mounjoyos:     Étymologie classique du Mont de Jupiter (lieu de culte voué à Jupiter).

 

 

 

 

Les Places ou le Vignoulas:    Nom du latin platea lié au défrichement du moyen âge "Les places des Treytimat". Dès le XVeme siècle ou un peu avant, Treytimat signifiait défricher en langue d'oc, des espaces plats de petites tailles qui a donné les places. Les lieux de défrichement sont aussi appelés les essartes, veyssière de vaissa, (noisetier) défrichement d'un lieu envahi de noisetiers ou de oignes sauvages. Ces deux noms viennent de l'instrument aratoire servant à défricher:  l'eyssade.

Le Piatger:    Plusieurs explications possibles: peut venir de podium (colline, éminence de terrain), puech, pueg, puget, piau, nom proche: La cime de Piagu (Alpes Maritimes) Le Paitger est à 375m d'altitude, ou piatar: défricher peler en occitan.

Les Pargues   Enclos pour les bêtes, les troupeaux de brebis, de vaches.

Patus de Fontilles:    patus désigne un ensemble de biens en indivision destinés à un usage commun. Depuis le XIIIeme siècle le patus faisait partie intégrante d'un lot attribué à un fermier par le seigneur. Au XVIIIeme siècle le mot patus ou couderc  est une pièce (champ) fermé par 4 murs.

Peyres Mortes   A partir de pèira (pierre) deux noms de lieux propres: Peyremonte, Peyremale, mauvaises terres difficile à travailler.

Les Plumets:    Aucune piste réelle. Reste la possibilité que ce soit un lieu où étaient élevés et plumés les canards et les oies.

Les Teulières:     Du latin tegularia, (tegula qui signifie tuile et du suffixe aria) tuilerie. On retrouve ce nom aux abords d'anciennes tuileries, souvent des maisons d'ouvriers. Peut être s'agit il là simplement un groupe de maison aux toitures couvertes de tuiles, contrairement aux maisons couvertes de lauzes.   

Trigodina:    forme occitane pour exprimer le besoin, l'appétence, " je dinerai tard" ou "il me tarde de diner"  le champ était loin de la ferme et du repas. Un peu comme quand tu roules sur l'autoroute et que tes enfants te saoulent pour une halte dans machin relais qui sert un burger bacon, fromage, oignon rouge, champignons, cornichons, sauce moutarde paprika piment. Ça devient urgent.

La Vignasse:     une putain de vieille vigne.

 

Cauzeral

Conte ou Conte Cauzeral

Camp de Moussur

Cassel

Combe Longue ou Font Neuve

Combe Souillone

Combelle

Cote Mulatière

Coumbel Des Coulis

Falgadou

La Jounquière ou Lajounquière

Le Moulin de Lajounquière

La Pièce Grande

La Vigne Grande

La Vigne Vieille

Lacoste  Las Coste Les Costes

Camp de Lacroux

Lasvadios

Lavaysse

Le Causse

Le Champ

Le Mas de Garrie

Le Pesquiè

Les Bourssiers

Les Champs de Comportier

Les Champs du sol

Les Champs Longs

Les Coufos

Les Grozes

Les Pradels

Les Roudouliers

Place d'Aymar

Rivière de Giscou

Travers de Giscou

Combel del Coulis

Gamat

Hautebas

Maison Reilhé.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>