Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

le kaolin

Publié le par patrice

Mise à jour le 26 Avril 2017

            * Extrait de l'ouvrage : Statistique Du Département Du Lot" par J-A Delpon. 1831.

 

                         La déclaration du roi Louis XVI, du 17 mars1780, est certainement le texte le  plus ancien que l'on ait trouvé concernant les carrières. Elle marque le début d'une codification des dispositions, fort peu contraignantes à  'époque, régissant les lieux appelés "carrières".


                         Peu après, la  loi du 28 juillet 1791 prévoit notamment "qu'il n'est rien innové" à  l'extraction des sables, craies, argiles, marnes, pierres à bâtir, marbres, ardoises, pierres à  chaux et à plâtre,  ourbes...  qui  continueront d'être exploitées par les  propriétaires, sans qu'il soit nécessaire d'obtenir une permission.


                       Les principes du Droit Minier français ont peu évolué depuis cette  époque. La  loi du 21 avril 1810 introduit cependant les notions de "Déclaration au maire de la commune,qui la transmet au préfet" et de "surveillance des exploitations par l'administration".
                      

                       Il faudra attendre le 16 août 1956 pour que soit publié le "Code minier" rassemblant, sous forme codifiée, les textes essentiels relatifs à l'exploitation des gîtes minéraux.

                      Les carrières vivront sous ce régime très libéral jusqu'à 1970. Ensuite la législation sera de plus en plus encadrée, une multitude de décrets et lois seront publiées afin de protéger l'environnement ... Avec quelle efficacité ...


                        L'argile prélevée sur l'exploitation de Montamel au lieu dit Combe du Bondou est située sur le territoire de la commune de Peyrilles.

                       Cette argile a été extraite pendant la période de concession au siècle dernier, quelques prélèvements de kaolin étaient encore effectués jusque dans les années 60.

 

 

                      En 1836, Montamel apparait dans un ouvrage statistique des "lieux exploitables d'argile à creusets."

                        En 1899 Montamel est cité dans les services de la carte géologique de France du ministère des travaux publics.

 

                        Enfin: ci-dessous, extrait du rapport du Préfet et procès verbaux du conseil Général du département du Lot (cession Août 1912)

                                                        Les carrières:

 

Au 31 Décembre 1911, 88 carrières existaient dans le département du Lot: 5 souterraines (3 continues et 2 temporaires) et 83 à ciel ouvert (31 continues et 52 temporaires).

2 déclarations ont été produites en 1911; toutes deux se rapportaient à des carrières à ciel ouvert nouvelles.

Le personnel occupé a été de 308 ouvriers.

Les substances extraites sont principalement: les calcaires pour les matériaux de constructions (pierre de taille, moellon, chaux et ciment)  et pour le ballast et matériaux d'empierrement; les sables et graviers, pour ballast, matériaux d'empierrement, béton et mortier; l'argile pour  briques et tuiles; le phosphate de chaux; le sulfate de baryte.

Une carrière de kaolin a été ouverte dans le courant de l'année 1911 sur le territoire de la commune de Montamel, au lieu dit "Boutettes" (Goutet) ???

 

(Si on considère que les statistiques de 1911 prennent en compte l'ouverture du chantier de la carrière de Montamel, on peut donc en déduire que 3 ouvriers travaillaient sur le site.)

 

Les principaux centres d'extraction sont: Puy-l'Evêque pour la partie pierre de taille; Cahors pour le moellon; Castelfranc pour la chaux hydraulique et le ciment; Reyrevignes pour la marne ou terre à briques; Montamel pour le kaolin; Saint-Vincent pour le sulfate de baryte; Larnagol pour le phosphate de chaux.

La production des carrières représente en1911 une valeur de 296629 francs.

...

                         296629 F. en 1911 = 662917173 € en 2017.

Au début du XXeme siècle, le salaire moyen d'un ouvrier d'une entreprise privée est de 4F85 par jour.

 

                            ______________________________________

 

                     La qualité de son analyse céramique, notamment les test de blancheur, a permis l'extraction semi-industrielle de cet argile (kaolin) vers l'industrie céramiste de Limoges.

                    Plusieurs études sur les argiles du département du Lot constituent le prolongement géo-graphique des recherches effectuées dans le Sud du Périgord Noir  (département de la Dordogne et du Lot-et-Garonne)  complétant  les observations dans  les carrières anciennes ou épisodiquement exploitées, plusieurs fouilles, ont été initiées dans les années 1980 /1985.


                    Certains échantillons prélevés à Montamel et Pech Peyrou ont présentés des caractéristiques minéralogiques et céramiques intéressantes: indice de blancheur parfois excellente.

                      Néanmoins l'intérêt économique pour de nouvelles recherches sur le secteur de Montamel de ces poches karstiques fossilisées reste d'évidence très incertain.

                   * Extrait du : Schéma Départemental Des Carrières (Lot) .1994.

 

 

                               

 

           chemin creux aménagé pour le convoyage des wagonnets d'extraction.

 

 

                                             Les potiers d'Uzech les Oules  *

 

                       La dourne (du latin "urna" cruche) fait partie de la famille des cruches qui se portaient sur la tête et qui étaient destinées a contenir de l'eau domestique. Sa forme  pansue et peu ouverte, est munie d'un bec tubulaire et d'une ou plusieurs anses plates. La dourne quercynoise comporte quatre anses.

Ses parois peu épaisses la rendaient légère et favorisaient une transpiration propre à rafraîchir l'eau. L'utilisateur perçait un orifice dans le flanc. Assortie d'une cheville en bois, cette ouverture permettait de faire couler l'eau à la demande au-dessus de la pierre d'évier.

                    Le décor à la barbotine de kaolin très blanc est appelé "au peigne" (technique comparable au décor pâtissier) Le kaolin employé était tiré de Montamel à 4 km d'Uzech.

                   Cette cruche se portait sur la tête et donnait lieu, dans les fêtes de village, à des courses de jeunes filles et à des bourrées dansées par les deux sexes, sans qu'on puisse la retenir avec les mains.

 

 

                                            Cruche à eau avec décor au peigne.

 

 

                                                                              

https://www.poterie-uzech-artisanat.com/uzech-et-ses-alentours/pi%C3%A8ces-anciennes/

 

Commenter cet article

Pascal 08/03/2017 10:13

Super cette chronique. Vive Montamel !

patrice 08/03/2017 10:47

Pascal Polisset ? cet article est une ébauche, il ne devrait pas apparaitre. Bientôt. J'attends des autorisations pour publier. Patrice.